JOACHIM CAFFONNETTE EXTENDED
12 SEPTEMBRE | 17:00

Nouveau trio pour Joachim Caffonnette à l’occasion de la sortie de son troisième album.
Son jeu raffiné qui s’appuie sur la tradition des grands trios (de Evans à Mehldau en passant par Monk), est aiguillonné par ceux, fébriles et affirmés, du contrebassiste Jasen Weaver et du batteur Noam Israeli. Ceux-ci apportent une dose de fraîcheur et un supplément de spontanéité à l’ensemble.
Entre émotion délicate et improvisations tempétueuses, le groupe sait tenir en alerte son public du début à la fin. Et ça, c’est irrésistible.

RAHONA FEAT MANUEL HERMIA
10 OCTOBRE | 17:00

Le guitariste Joël Rabesolo a ramené dans ses bagages des harmonies aux sonorités particulières qui oscillent entre folk indolent et afro pop délicate. Le quartette, composé de Julien Marga (eg), Nicolas Puma (cb) et Lucas Vanderputten (dm), a ainsi trouvé un courant d’air original qui nous emmène au cœur d’un pays imaginaire et paisible. Rehaussé par la présence du saxophoniste Manu Hermia sur certains morceaux, l’ensemble prend encore plus d’altitude.
Au gré des improvisations, vous vous abandonnerez certainement à la rêverie. Bref, vous prendrez un véritable bol d’air pur.

MARTIN SALEMI TRIO
07 NOVEMBRE | 17:00

Avec Martin Salemi, on sait presque toujours d’où l’on vient (une touche bossa, une pointe d’orient, un soupçon de pop et du swing partout), mais on se sait jamais vraiment où l’on va. C’est cela qui rend sa musique aussi variée que très personnelle.
Nos trois musiciens installent avec malice des mélodies ciselées et exploitent au mieux les harmonies et les respirations.
Et puis ça explose, comme un trop-plein, comme une excitation soudaine et irrépressible. Et l’on sourit de plus belle. Et l’on bat du pied.
Ce jazz est une bouffée d’air pur et de bonheur constant. C’est simplement du plaisir à partager. Pourquoi s’en priver ?

FREE FOUR
19 DÉCEMBRE | 17:00

Sur des standards d’Ornette Coleman ou de Thelonious Monk, mais aussi sur des airs empruntés à Ligeti ou Couperin, le quartette Free Four s’offre beaucoup d’espaces pour improviser. Au fur et à mesure que la musique progresse, les murs tombent pour laisser toute la place à l’imagination et à la poésie. On peut se laisser flotter en apesanteur un instant, puis vibrer sur un tempo plus haletant. La musique agit sur vous comme un courant d’eau claire et limpide qui fait onduler les algues.
À la fois purifiant et vivifiant, ce Free Four ne peut faire que du bien au corps et à l’esprit.